Vérités et faussetés à propos du NPD

Template_verite_faussete.jpg

Le NPD et son chef ont-ils le français à cœur?

R:

Le NPD s’est fait un devoir de faire la promotion du français à la Chambre des communes. Après que le gouvernement conservateur eut nommé un Vérificateur général unilingue anglophone, le NPD a déposé et fait adopter un projet de loi pour forcer le gouvernement fédéral à embaucher des agents du parlement bilingues. Nous avons aussi déposé un projet de loi pour compléter les effets de la loi 101 au Québec, pour que les employés de juridiction fédérale puissent aussi travailler en français. Le NPD a également déposé un projet de loi pour que les juges de la Cour Suprême soient bilingues. Finalement, notre chef Thomas Mulcair s’est positionné contre les écoles passerelles, pour empêcher de contourner la loi 101. Ceux qui disent que Thomas Mulcair n'a pas le français à coeur omettent toujours de dire qu'il a travaillé pour le Conseil supérieur de la langue française.

Le NPD est-il pour le niqab?

R:

Nous ressentons le même malaise que vous face au niqab. Peu de gens le savent, mais les femmes qui portent le niqab doivent se dévoiler pour s'identifier à leur assermentation comme citoyennes. C’est la pratique actuelle et elle est confirmée par la Cour. Le débat actuel est donc biaisé.

Les conservateurs ont fait une nouvelle directive plutôt qu'une loi, car ils savaient que cela ne tiendrait pas la route devant les tribunaux. Cela leur assurait que l'enjeu revienne en pleine campagne électorale.  Stephen Harper attise la peur pour essayer de gagner des votes et Gilles Duceppe -qui s'est découvert un intérêt soudain pour les cérémonies d'allégeance à la Reine d'Angleterre et au Canada- est malheureusement entré dans son jeu. C’est déplorable.

Stephen Harper se cache derrière le niqab pour éviter de devoir défendre son bilan sur l'environnement, l'économie, la place du Canada dans le monde, la condition féminine, les jeunes... Bref, il tente de sauver son gouvernement en parlant d'un sujet certes émotif, mais qui devra être tranché par la Cour suprême.

Le NPD tient-il un double discours?

R:

Dans la tête de certains, il est impossible que le NPD séduise autant les Québécois que les anglophones des autres provinces avec le même discours parce que les intérêts des uns et des autres seraient supposément contraires. Or, c’est d’ignorer complètement la nouvelle réalité canadienne. Dans les faits, il y a des progressistes partout au Canada. Rappelez-vous que les conservateurs n’ont obtenu que 39,6 % des voix en 2011. Ça laisse une majorité de Canadiens qui partagent les mêmes valeurs que les Québécois sur les enjeux comme l’environnement, l’économie et les politiques sociales. Le NPD est un parti différent qui parle à ces gens qui veulent que les choses changent. Radio-Canada a d’ailleurs fait passer l’épreuve des faits à cette affirmation de Gilles Duceppe comme quoi le NPD tenait un double discours dans le cas d’Énergie-Est pour séduire les Albertains. Le journaliste a prouvé que c’était un mensonge. Le discours du NPD est cohérent d’un océan à l’autre. Et il rassemble les progressistes d’un océan à l’autre.

Le NPD est-il en faveur du projet Énergie-Est?

R:

Non. En fait, le NPD a posé trois conditions essentielles pour ce projet. #1 Le projet devra faire l’objet d’une évaluation environnementale stricte. Au Québec, tous les groupes environnementaux exigent une étude du BAPE lorsque de gros projets comme celui-là sont présentés par des promoteurs. Sans études environnementales, pas de projet. #2 Le projet devra avoir l’appui de la communauté. Pas d’acceptabilité sociale, pas de projet. #3 Le projet devra engendrer des retombées économiques locales intéressantes. Sans retombées économiques locales suffisantes, pas de projet. Bref, ces trois conditions devront être remplies, sinon, pas de projet! On est loin d’un chèque en blanc ici. Avec un gouvernement NPD, la population aura son mot à dire sur l'avenir du projet Énergie-Est, contrairement aux libéraux et aux conservateurs qui se sont positionné pour le projet sans attendre.

Le NPD est-il centralisateur?

R:

Ceci constitue un des mythes les plus persistants à l’égard du NPD. Avec Jack Layton et Thomas Mulcair, le NPD a développé une approche novatrice des relations fédérales-provinciales. Le NPD a développé le concept de fédéralisme asymétrique. Le fédéralisme asymétrique prévoit le retrait des programmes fédéraux avec pleine  compensation pour le Québec. Le NPD appuie également la représentation aux rencontres internationales par le Québec lorsqu’il s’agit de ses compétences.

Le NPD est-il un parti fédéral comme tous les autres?

R:

Depuis l’arrivée de Jack Layton à la tête de NPD en 2003 et maintenant avec Thomas Mulcair, des pas de géant ont été accomplis. Jack Layton n’a pas eu peur de le dire haut et fort, le Québec est une nation! Les membres du NPD ont choisi un Québécois lors de la dernière course à la chefferie pour conduire le NPD à la victoire en 2015. Le NPD a également adopté la déclaration de Sherbrooke. Cette déclaration confirme l’ouverture du NPD aux revendications historiques du Québec. Le NPD propose un fédéralisme asymétrique. Avec un gouvernement NPD, le Québec, s’il le désire, pourra se retirer d’un programme fédéral avec pleine compensation financière. Le NPD reconnait aussi que 50%+1 suffit pour démontrer une majorité, comme c’est généralement accepté en démocratie. 

Le NPD s’est-il réjoui que le Chantier maritime de Davie n’ait pas obtenu de contrat du gouvernement fédéral?

R:

Encore une fois, c’est faux. Ceux qui disent cela reprennent hors contexte une phrase dite par Peter Stoffer, un député du NPD de la Nouvelle-Écosse, qui était fort content que le gouvernement fédéral vienne d’accorder un contrat dans un chantier qui se trouve dans sa circonscription. N’importe quel député se serait réjoui d’une telle nouvelle pour sa communauté. C’est juste normal. Ce que nos adversaires ne disent pas, c’est qu’au même moment, le député NPD de Louis-Hébert dans Québec, Denis Blanchette, déplorait que le Chantier maritime de Lévis soit le grand perdant de ces attributions de contrats et exigeait que le gouvernement fédéral accélère l’attribution des contrats restants pour donner à la Davie sa part des contrats fédéraux. Ce qui n’est pas normal toutefois, c’est que le député local, le ministre conservateur Steven Blaney, n’a pas levé le petit doigt pour défendre les travailleurs de sa propre circonscription.

Le NPD a-t-il défendu le Québec à Ottawa?

R:

Le NPD a su tirer son épingle du jeu pour le Québec, et ce, malgré le fait que les conservateurs étaient majoritaires à la Chambre des communes. Nous sommes très fiers de notre bilan. Nous avons tellement fait de choses en 4 ans que nous avons consacré une page entière aux réalisations du NPD. 

Alexandre Boulerice ne serait pas aussi apprécié des Québécois s’il n’avait pas fait de la défense des intérêts du Québec une de ses priorités à Ottawa. 

Face à un gouvernement conservateur majoritaire, plusieurs observateurs politiques ont affirmé en 2011 qu’il serait impossible pour le NPD d’obtenir quelconque résultat. Mais grâce au travail acharné de ses députés, le NPD a formé une opposition forte et efficace qui a livré la marchandise pour les Québécois.

C’est en travaillant ensemble -avec les progressistes de partout au pays- que nous faisons avancer nos idées et forgeons des politiques qui correspondent aux désirs des Québécois.

Voici quelques dossiers québécois que le NPD a fait avancer à Ottawa et sur lesquels Alexandre Boulerice s’est prononcé: 

  • Le NPD s’est opposé aux compressions à Radio-Canada, qui est le reflet de la culture francophone et québécoise dans toutes les régions du pays et a promis de rétablir son financement

  • Le NPD s’est battu contre la mauvaise réforme de l’assurance-emploi du gouvernement conservateur qui nuit aux industries saisonnières du Québec. Notre parti s’est engagé à annuler cette réforme une fois au pouvoir.

  • Le NPD a déposé une pétition de 70 000 signatures contre la fin des crédits d’impôt pour les fonds de travailleurs, une mesure conservatrice qui affecte tout particulièrement le Québec avec le Fonds de solidarité et le FondAction.

  • Le NPD était le seul parti officiel à la Chambre des communes à s’opposer au port pétrolier à Cacouna. Notre lutte politique, avec celle éminemment importante  des groupes environnementaux sur le terrain et devant les tribunaux, a forcé TransCanada à abandonner son projet pétrolier au coeur de la pouponnière des bélugas.

  • Le NPD s’est battu pour que le pont Champlain soit reconstruit et que le nouveau pont respecte la volonté des citoyens, notamment à propos du péage et de la place octroyée au transport en commun.

La liste des luttes qui se poursuivent à ce jour est longue. Un gouvernement du NPD changera les choses à Ottawa.

Le NPD va-t-il piger dans la caisse d'assurance-emploi?

R:

Le NPD a toujours dénoncé le pillage de la caisse d'assurance-emploi par les libéraux et les conservateurs. Quelque 60 milliards de dollars ont été volés par les libéraux et conservateurs. Seul le NPD s'engage à protéger la caisse d'assurance-emploi.

Thomas Mulcair a affirmé qu’un gouvernement du NPD veillera à ce que les cotisations à l’assurance-emploi restent stables pendant quatre ans et fera des investissements stratégiques pour élargir l’accès aux formations et aux prestations des jeunes Canadiens, des travailleurs précaires et des nouveaux parents.

Le NPD va également réduire le seuil d'heures admissibles à 360 heures contrairement aux libéraux et conservateurs qui conserveraient le seuil d'heures admissibles à 910 heures.

Nous avons également dit qu'avec un gouvernement NPD, il est HORS DE QUESTION que le fédéral s'empare de l'argent de la caisse d'assurance-emploi, contrairement aux libéraux qui ont pillé la caisse d'assurance-emploi de 57 milliards laissant les chômeurs avec une caisse à sec et les conservateurs qui ont poursuivi la saignée. 

Le NPD va maintenir le taux actuel des prestations. Contrairement aux libéraux, nous ne baisserons pas les cotisations des entreprises, ce qui mettrait en péril les prestations futures.