Les attaques anti-travailleurs se poursuivent avec C-525

Le 29 octobre dernier, le député conservateur Blaine Calkins a ouvert les débats à propos de son projet de loi anti-travailleurs et anti-syndical. Encore une fois, le gouvernement conservateur se sert d'un débuté d'arrière banc pour accomplir ses basses oeuvres. Une démarche raisonnable et sérieuse voudrait que ce soit la ministre du Travail, après des consultations avec toutes les parties concernées, qui dépose un projet de loi modifiant le Code du travail. Mais non, avec les conservateurs de Stephen Harper, nous avons encore droit à une démarche unilatérale et mesquine.

Vous pouvez signer notre pétition sur C525 ici : http://www.jappuie-boulerice.org/les_attaques_contre_les_travailleurs_et_travailleuses_doivent_cesser

Loin de moi l'idée de vous accabler avec les propos peu édifiant du député Calkins, mais je me dois quand même de souligner un passage de son discours: « [Les travailleurs] se sentent prisonniers, et ils parlent de l'intimidation que leur font subir leur syndicat et les organisateurs syndicaux. » Lorsqu'il est confronté au fait de prouver ces affirmations, bien entendu, il reste muet.

De notre côté, comme vous le devinez bien, nous allons nous battre pour défendre les travailleurs et travailleuses et faire respecter leurs droits fondamentaux d'association. Pour le droit des salariés de mettre en place des structures démocratiques dans leurs lieux de travail.

À cet égard, vous pouvez écouter le discours mon discours à propos de C-525 en cliquant ici. Vous pouvez également, lire mon discours et le discours de Blaine Calkins.

Ce projet de loi, comme vous le savez, aura des impacts majeurs sur les démarches de syndicalisation et de désaffiliation dans les groupes sous juridiction fédérale. Il contient des aberrations qui nous laissent encore bouche bée. (Vous pouvez lire le projet de loi en cliquant ici.)

Par exemple :

-Il abolie la pratique, largement acceptée, de signature de plus de 50% de cartes de membre pour former une unité syndicale. Ce projet de loi impose le vote secret qui, comme le prouve de nombreuses études, encourage les pratiques déloyales et d'intimidations de certains employeurs.

-Il impose une procédure de vote inédite pour obtenir une accréditation syndicale. Croyez-le ou non, les travailleurs et travailleuses qui ne voterons pas seront comptés comme ayant voté contre l'accréditation!!!

-Dans le cas d'une procédure de désaffiliation, c'est l'inverse. Et oui, quelle surprise! Les personnes qui ne voteront pas lors d'un vote de désaffiliation seront considérées comme ayant voté en faveur de la désaffiliation.

Nous allons vous tenir au courant des développements liés à ce projet de loi.

 

Alexandre Boulerice

Député de Rosemont - La Petite-Patrie

Critique en matière de travail