Déversement des égouts dans le fleuve: un gouvernement du NPD ne permettra pas une telle pollution

MONTRÉAL – Opposé comme de nombreux citoyens au déversement des égouts de Montréal dans le fleuve Saint-Laurent, Alexandre Boulerice accueille favorablement la suspension de ce projet par Environnement Canada, mais croit qu’il faut aller plus loin.

« C’est complètement inconcevable qu’en 2015, on s’apprête à jeter des eaux usées remplies de bactéries et de médicaments dans le fleuve Saint-Laurent. C’est une solution à courte vue qui pourrait avoir des impacts à long terme sur le milieu aquatique d’un des plus importants cours d’eau au pays. Un gouvernement du NPD ne permettra jamais une telle décision », a dénoncé M. Boulerice.

Rappelons que le NPD a demandé à Environnement Canada d’intervenir pour stopper ce projet. Or, le gouvernement conservateur a annoncé aujourd’hui qu’il y aura simplement une suspension du projet. 

« Je ne crois pas qu’une suspension va assez loin. Avec leur bilan, je ne fais pas du tout confiance aux conservateurs pour prendre des décisions basées sur des preuves scientifiques. Après tout, ce sont eux qui ont saccagé nos lois environnementales et ont congédié 4000 scientifiques fédéraux », a indiqué M. Boulerice.

« La Loi sur les pêches est claire : c’est interdit de déverser des eaux d’égout dans le fleuve. Il est important que les villes internalisent les coûts environnementaux de leurs projets d’infrastructures, ce qui n’a pas été fait. C’est pourquoi le NPD a un plan concret qui prévoit cette étape et qui permet d’éviter que de telles situations se reproduisent. »

 « Même s’ils prétendent vouloir faire de la politique différemment, Justin Trudeau et les libéraux ont tenu une position moyenne-âgeuse sur cette question environnementale importance. C’est pas très étonnant venant d’un parti qui n’a aucun plan en matière d’environnement. »

Rappelons qu’un gouvernement du NPD augmentera les transferts de la taxe sur essence, ce qui représente 410 millions de dollars additionnels dans les quatre prochaines années pour la Ville de Montréal en matière d’infrastructure, ce qui inclut le traitement des eaux usées.

-30-